Un secret pour la paix: La vigilance – un devoir impératif, individuel et collectif

Ça ne nous coûte rien (hormis un peu de temps – que nous avons tous – il s’agit de savoir définir les priorités), de créer un monde plus transparent et sincère. Dans une société où l’information n’a jamais été plus accessible, cela peut paraître ridicule de déclarer que nous manquons souvent de vigilance, de réflexion et d’esprit critique quand il s’agit de rester aux faits des affaires mondiales. D’un côté, le fait que les gens consomment les médias et s’engagent politiquement, est déjà un premier pas vers un genre humain plus responsable, surtout en temps d’apathie politique et d’abstention croissantes. Pourtant, je me réfère à une mentalité qui va au-delà de l’ignorance (inconsciente), la naïveté ou l’acceptation d’information à l’âge de la communication de masse.

En 2018, une grande majorité de personnes consomment les médias de masse; un mécanisme sans transparence où l’information est transmise et consommée aux niveaux micro et macro. Dans notre monde d’aujourd’hui, les réseaux sociaux permettent non seulement à de grandes masses de faire entendre leur voix et opinion mais permettent aussi aux politiciens, de manière simultanée, de fixer les ordres du jour et défendre leurs intérêts (par exemple, le torrent sans fin de Donald Trump sur Twitter). Ces deux exemples ont prouvé d’être des instruments d’élongation ou même de dissimulation de la vérité. Et maintenant vous êtes peut-être en train de penser: quel paradoxe, pourquoi est-ce qu’elle me dit ceci en écrivant un article de blog sur un média moderne. Toutefois, le message que je veux faire passer est celui-ci: nous devrions faire plus attention au genre de média que nous consommons de manière journalière. Contrairement au politologue allemand Jürgen Habermas (la Transformation Structurelle de la Sphère Publique, 1962), je ne pense pas que les médias détruisent la démocratie – du moment que vous utilisez le bon média.

Maintenant, qu’est-ce que j’entends par “bon média”?

Bien que le fait d’être un(e) lecteur/lectrice représente une position passive, il doit toujours y avoir un “nous” actif. Chacun de nous, individuellement et collectivement, est responsable du bien-être de la communauté internationale et cela comprend faire l’effort de distinguer le vrai du faux. Je ne prétends en aucun cas qu’il n’existe qu’une “seule vérité”. Les informations sont toujours rapportées d’un certain angle et tout le monde a le droit de décider pour lui-même ce que la vérité signifie. Néanmoins, il est important de lire plus loin, de ne pas toujours accepter l’information au pied de la lettre mais de chercher, se questionner et réfléchir.

Le blog allemand indépendant Rubikon est un bon point de départ. Lancé par Jens Wernicke, il se décrit comme “le magazine de la masse critique”. C’est une plateforme où les journalistes, professionnels, experts et scientifiques indépendants de par le monde partage du contenu de réflexion, fournissent des perspectives critiques et éclairent certains aspects des informations que nous pourrions trouver étant (délibérément) ignorés par les médias de masse, d’où le nom de “média alternatif”.

Le monde n’est pas noir ou blanc. Il faut de l’initiative personnelle et une responsabilité individuelle pour faire un monde meilleur. Par exemple, en pensant aux attaques du 11 septembre, je me demande souvent, combien de personnes ont réellement fait l’effort de regarder le rapport de Commission du 11/09. Publié en 2004, cela donne un aperçu des événements des attaques terroristes du 11/09 à une époque où le “terrorisme” constitue l’un des défis pour la sécurité internationale les plus préoccupants. Le politologue et chercheur de paix et de guerre suisse Dr. Daniele Ganser a attiré mon attention, remarquant que dans le rapport de Commission du 11/09 la World Trade Center 7 n’est même pas mentionnée.

D’un autre côté, aujourd’hui, les tweets de Donald Trump incitent à penser que toute personne qui n’est pas Américaine est une menace. Alors que tout politicien a le droit à une position particulière, sa perspective “make america great again” crée indubitablement une atmosphère de haine liée aux informations qu’il partage. Ce ne sont que quelques exemples qui m’ont fait d’autant plus prendre conscience de l’importance d’être un acteur critique;  essayant de trouver une position personnelle étant rationnelle et raisonnée, pas celle de l’élite politique diffusée dans les médias de masse.

J’encourage tout le monde à rester actif et conscient. Comme l’écrivain allemand Erich Kästner a dit : “il n’y a rien de bon, sauf si vous le faites”. Je me sens privilégiée d’écrire pour STANDFrance car cela me permet de confronter de manière critique le torrent continuel d’information qu’on nous présente pour m’exprimer librement.

Il s’agit du premier article de Younna Christiansen en tant que nouveau membre du groupe de travail Communications à STAND France. Younna est une étudiante en Sciences Politiques et est à son second semestre dans le campus Européen Franco-Allemand de SciencesPo Paris à Nancy.

Cet article a ensuite été traduit par Wessalle Momatz, traductrice au sein de l’équipe de Communication de STAND France. Apres avoir obtenu son licence en droit français et américain, elle aimerait s’engager dans les droits des femmes et être un changement pour le monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s