Agir au nom de la conscience – Un portrait de Raphael Lemkin

Si vous agissez au nom de la conscience, vous êtes plus fort que n’importe quel gouvernement dans le monde” – Raphael Lemkin

Raphael Lemkin était un avocat d’origine polonaise et juive, qui a consacré sa vie à se battre contre l’impunité. Il a inventé le mot “génocide” et s’est battu pour son implémentation dans la législation internationale. Même avant la montée au pouvoir des Nazis et que lui et sa famille furent persécutés, il essaya d’établir des mesures juridiques pour protéger les minorités.

Raphael Lemkin est né le 24 Juin 1900 près de Wolkowysk, une ville de l’ancien Empire Russe. Il fut exposé très tôt à des récits de violence de masse éveillant un intérêt et une volonté subséquente de poursuivre dans cette voie. Lemkin suivi de près le génocide Arménien en particulier. Alors qu’il était étudiant en Allemagne, il traça les poursuites suivant le meurtre de l’ancien ministre Turc Talaat Pascha par le jeune Arménien Soghomon Tehlirian en guise de représailles contre la responsabilité de Pascha dans le génocide Arménien. Tehlirian, qui a perdu toute sa famille, fut acquitté en raison de son état d’esprit et devint un héros Arménien. Lemkin fut grandement touché par le procès et se demanda pourquoi la mort d’un million de personne était un crime moins conséquent que le meutre d’un individu. Ce fut cette question qui inspira l’oeuvre de sa vie.

Lemkin étudia la linguistique, la philosophie puis le droit à Lwow et Heidelberg. Après ses études, il travailla en tant que procureur à Varsovie et poursuivit son engouement pour le Droit International. Polyglotte, il parlait pas moins de neuf langues. Il travailla sur la codification du droit Polonais et en 1933, il fut envoyé en tant que représentant à la conférence de la Société des Nations, à Madrid, où il tenta d’introduire la notion “d’actes de barbarie”  pour le crime qu’il appellera plus tard génocide. Cependant, en raison de l’antisémitisme il dût se retirer.

Quand l’Allemagne envahit la Pologne, Lemkin réussit à s’enfuir en Suède. De la Suède, il émigra pour les Etats-Unis d’Amérique. Là, il enseigna parmi d’autres professeurs à l’Université de Duke avant de travailler pour le Comité d’Economie de Guerre et pour le Département de Guerre des Etats-Unis. Lemkin tenta de faire prendre conscience et de dénoncer la vraie nature du régime Socialiste Nationaliste en Allemagne, alertant les gens au sujet du possible meurtre des Juifs et d’autres minorités. Il avait compris que ce qu’ils essayaient de faire était une destruction totale de toute personne qui ne rentrait pas dans l’idéal Nazi. Pourtant, ses avertissements restèrent peu reconnues d’un niveau local ou international. Il perdit tragiquement 49 personnes de sa famille (comprenant ses parents) dans l’Holocauste.

En Novembre 1944, il publia Axis Rule in Occupied Europe. Dans ce travail il définit le génocide comme “la destruction d’un peuple ou d’une communauté ethnique”.  Il ajoute : “De manière générale, le génocide ne veut pas nécessairement signifier la destruction immédiate d’un peuple, hormis lorsque accomplit par des exterminations de masse de tous les membres d’un peuple. Il est plutôt envisagé comme signifiant un plan coordonné de différentes actions aspirant à la destruction de fondations essentielles de la vie de groupes nationaux, ayant pour but d’anéantir les groupes”.Composé du mot genos (race, tribu) de l’ancien Grec, et du suffixe Latin cide (tueur, action de tuer), il a crée un terme qui capture l’ampleur de cette atrocité incompréhensible. Usant de ses termes il exerça une pression et se bâtit pour une loi qui le rendrait une infraction pénale.

En 1945/46 il assista le Conseiller en chef Robert H. Jackson aux Procès de Nuremberg et fut responsable de l’inclusion de “génocide” dans la condamnation. Il travailla par la suite sur la législation pour les Nations Unies: la Convention sur la Prévention et la Sanction du Crime de Génocide. Le 9 Décembre 1948, la Convention fut unanimement adoptée. Il continua d’être une présence incroyablement précieuse au siège des Nations Unies convainquant sans répit et faisant pression sur les Etats pour la ratification de sa convention jusqu’à mort inopportune en 1959.

Margaret Mead écrivit “Ne doutez jamais du fait qu’un petit groupe de citoyens réfléchis et engagés peut changer le monde. En effet, c’est la seule chose qui l’a déjà fait”.  Par conséquent, la vie de Lemkin est un important rappel des choses incroyables que nous pouvons réaliser lorsque nous en avons la détermination.

Raphael Lemkin fut souvent seul dans son combat. Beaucoup de récits de sa vie soulignent son isolement, sa solitude volontaire et sa nature obstinée. Lors de ses efforts aux Nations Unies il était connu pour sa sévère négligence et pour être non coopératif lors des travaux avec d’autres personnes. Sa nature solitaire et son manque de soutien nous fait nous questionner sur ce qui aurait pu être s’il avait eu le soutien des institutions et d’autres alliés. Cela nous rappelle à quel point il est important de travailler ensemble, de se soutenir et de créer des mouvements. Pour des petites organisations ou des organisations gérées par les étudiants comme STAND France, cela semble encore plus vrai. La voix de deux personnes sera toujours plus forte, et par conséquent le soutien qu’ils rassembleront sera toujours meilleur.

Se rappeler de Raphael Lemkin c’est se rappeler d’un homme exceptionnel avec une grande force morale, un esprit visionnaire et surtout, une personne dont la détermination n’a pas faibli malgré l’adversité et l’antisémitisme auxquels Raphael Lemkin fit face. Lui qui assista à la cruauté de l’humanité à son paroxysme, ne pouvait pas découragé de ses efforts. Lemkin croyait au pouvoir du droit international et des organisations internationales pour contenir le comportement des Etats et empêcher les atrocités de masse. Il croyait en ce que les personnes coupables de génocide devrait être jugées et condamnées quelque soit leur nationalité et que la souveraineté nationale ne devrait pas interférer en temps que barrière contre ça. Face aux atrocités actuelles, vues à Burma, au Yémen et en Syrie par exemple, ces croyances sont d’autant plus importantes.

Raphael Lemkin devrait être plus connu pour ses accomplissements incroyables et sa persévérance. Comme Michael Ignatieff dit : “Si l’histoire de la fantaisie morale occidentale est l’histoire d’une révolte persistante et interminable contre la cruauté humaine, il existe peu de personnalités conséquentes autre que Raphael Lemkin – et peu dont les accomplissements furent plus ignorés par le grand public”.

Pour en savoir plus:

  1. https://www.ushmm.org/wlc/en/article.php?ModuleId=10007050

Il s’agit d’un court article par le Musée du Mémorial de l’Holocauste des Etats-Unis, une institution formidable et une bonne ressource pour en apprendre plus sur les génocides en général.

2)  https://newrepublic.com/article/114424/raphael-lemkin-unsung-hero-who-coined-genocide

Si vous voulez lire un peu plus en détails sur Lemkin, je vous recommande ce bon article par Michael Ignatieff qui dépeint une image ambivalente de Lemkin, détaillant son comportement obsessif et analysant ce qui a poussé Lemkin à dédier sa vie au combat contre le génocide.

3) https://www.chronicle.com/article/Raphael-Lemkin-a-Prophet/139515

“Un Prophète sans distinctions” par Jay Winter

Sa description de Lemkin, le “ONG à lui tout seul” vaut la peine d’être lu, à la fois informatif et inspirant.

4) Un Problème d’Enfer: l’Amérique et l’ère du génocide

Le célèbre livre de Samantha Power décrit l’histoire de Lemkin de manière extensive et est à la fois passionnant et informatif.

5) Les Observateurs du Ciel  http://watchersofthesky.com/

Ce film montre les histoires de quatres personnes qui s’engagent dans des cercles vicieux de violence et d’atrocités de masse et conçoit de “découvrir la vie oubliée de Raphael Lemkin”. Les trois autres hommes remarquables représentés sont Benjamin Ferencz, Emmanuel Uwurukundo et Luis Moreno-Ocampo. C’est inspiré du livre “Un Problème de l’Enfer: l’Amérique et l’Ere du Génocide”. Le film sera disponible sur Netflix en Avril.

La version originale de cet article a été rédigée par Luisa Kern, une étudiante allemande qui fait un double licence à Sciences Po et Freie Universität Berlin. Actuellement en licence 2, elle aimerait poursuivre une carrière dans la domaine de paix et de conflit ou la sécurité internationale.

Cet article a ensuite été traduit par Wessalle Momatz, traductrice au sein de l’équipe de Communication de STAND France. Apres avoir obtenu son licence en droit français et américain, elle aimerait s’engager dans les droits des femmes et être un changement pour le monde.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s